Le chocolat ennemi numéro un des forêts ivoiriennes

Publié le par Kouame Armel

Un cultivateur dans sa plantation, au cœur de la forêt de Goin Débé, dans l’ouest du pays, en octobre. © Chris Huby/AGENCE LE PICTORIUM

Un cultivateur dans sa plantation, au cœur de la forêt de Goin Débé, dans l’ouest du pays, en octobre. © Chris Huby/AGENCE LE PICTORIUM

Plantation de cacao dans une forêt classée en Côte d'Ivoire

Etat de la forêt en Côte d'Ivoire  de 1990  à 2015 @Mighty Earth,

Etat de la forêt en Côte d'Ivoire de 1990 à 2015 @Mighty Earth,

Quand le #cacao menace forêts et parcs protégés en Côte d'Ivoire . 
Après le phénomène de la traite des enfants dans les plantations de #cacao, l’on devrait encore faire désormais face à l’exploitation illégale du cacao qui proviendrait de forêts et de parcs protégés. Affirme une récente enquête terrain de l'organisation de défense de l'environnement Mighty Earth basée à Washington aux Etats-unis d`Amérique et qui s`intitule“ L’amère déforestation du chocolat”. Selon cette étude en Côte d'Ivoire, ce phénomène concerne les forets classées de Goin Débé, Scio, du Haut-Sassandra, Taï, les parcs du Mont Péko dans l`ouest du pays et la Marahoué dans le centre ouest.
En 2016 un autre rapport gouvernemental non rendu public et cité par un article de Jeune Afrique(http://bit.ly/2y0NVzZ) révélait que 40% de la production ivoirienne du cacao proviendraient des forêts et parc protégés.
En Côte d'Ivoire aujourd`hui seulement 11% du territoire est couvert de forêts dont on note 4% de forêts primaires. La question qui se pose est comment stopper cette pratique et être toujours le leader mondial du cacao? Et qui va payer la facture pour restaurer toutes ces forêts ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article